Le 24 janvier dernier avait lieu le Forum 2019 de l’Alliance culture+numérique à Québec. Cette communauté de la ville de Québec favorisant le maillage et les initiatives entre les différents secteurs de la recherche, de la culture et du numérique a sélectionné, cette année, le thème du financement pour son forum. Différents intervenants du milieu étaient sur place, notamment le MCCQ, la Ville de Québec, Noctura, l’Université Laval, le FRQSC l’INRS et Québec numérique. Les discussions portaient sur les divers programmes de financement qui existent. Le volet recherche mettait en avant un grand intérêt pour le numérique et son potentiel. Le volet gouvernemental, représenté par Mathieu Rocheleau, du ministère de la Culture et des Communications, démontrait le chemin à prendre pour accélérer l’intégration du numérique dans les pratiques culturelles à travers le Plan culturel numérique.

Bilan : un appel aux partenariats, à une communication accrue et à l’agilité

Au-delà des diverses histoires de financement partagées et des différents projets et mesures mises de l’avant, il en ressort :

  • un net appel à la collaboration et aux partenariats pour enrichir les projets;
  • le besoin d’améliorer la communication sur les programmes de financement qui touche le milieu culturel;
  • la nécessité d’assouplir les démarches administratives afin d’être en phase avec l’esprit du numérique qui requiert une grande agilité.

Former la relève culture+numérique+recherche

Mme Julia Gaudreault-Perron de l’Université Laval a présenté le projet phare du Plan stratégique 2017-2022 de l’université : chantiers d’avenir. Ce projet vise à créer au moins cinq nouveaux programmes intégrés d’enseignement et de recherche permettant de former, en interdisciplinarité, par compétences et en partenariat avec le milieu, les étudiants futurs aux enjeux de société actuels et urgents pour laquelle la formation existante ne suffit pas (par exemple, les villes intelligentes). Le chantier semble avancer rondement, car les premiers étudiants de nouveaux programmes seront admis dès septembre 2019!

En conclusion

On encourage, d’une part, le décloisonnement des diverses pratiques culturelles, les partenariats publics et privés et l’appropriation créative des technologies. On témoigne, d’autre part, d’un besoin plus grand en matière d’accompagnement dans la transmission et l’explication des programmes et subventions – alors qu’une diffusion adéquate demeure un enjeu important. Enfin, l’agilité se veut nécessaire dans l’élaboration et l’adaptation régulière des programmes et subventions pour coller aux réalités des milieux visés.

Qui peut vous aider à y voir plus clair en matière de financement pour vos projets alliant culture+numérique?