En marketing, pour faire la promotion de biens et services ou entreprises, on peut envisager deux chemins qui sont en fait complémentaires pour augmenter les chances de rejoindre votre public : la voie traditionnelle et la voie numérique. Dans votre transition vers le marketing numérique, la promotion demeure au coeur de l’aventure, ce n’est que le comment qui change!

Si le marketing traditionnel désigne un ensemble de canaux connus comme la télé, la radio et les journaux, le marketing numérique cible davantage les réseaux qu’on peut accéder via le Web. Nommons, par exemple, les sites Web, les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter), Bing, l’infolettre et les différents outils développés par Google (AdWords/Ad Grants/Analytics).

2 cas types dans le monde du spectacle

Lors des conférences du Forum Rideau 2018, Sacha Moquin et Maude Ouellet de la firme Globalia présentent un premier cas type d’une transition vers le numérique dans le monde de la culture avec le cas précis d’un spectacle en Beauce, en passant en revue toutes les caractéristiques des réseaux sociaux.

Thomas Picos et Camille Lachapelle De Serres de l’agence Kabane nous offrent aussi un second exemple type – toujours dans le monde du spectacle – en décortiquant le processus d’une campagne publicitaire utilisant spécifiquement Google AdWords/Ad Grants.

Bon visionnement!

À l’ère numérique, on peut tout mesurer!

Il faut dire que les avantages du numérique sont nombreux et attrayants : les outils sont relativement accessibles et abordables, tout en offrant une option de ciblage précis de la clientèle visée, et ils permettent un réajustement aisé en temps réel de vos campagnes publicitaires. Ils permettent également de faire des tests rapidement. Par ailleurs, dans le Web, on peut tout mesurer!

Cela s’accompagne néanmoins d’une contrainte non négligeable : l’expertise à acquérir. Prenons l’exemple du temps requis pour une campagne publicitaire Google AdWords : la mise en place d’une campagne peut demander entre 20 et 30 heures, puis de 2 à 4 heures par semaine pour le maintien. Et c’est là, entre autres, où il faut se poser la question : est-ce que le temps consacré à l’interne pour l’apprentissage des outils en termes de coût (temps de travail et frais associés) est pertinent pour votre organisme ou est-ce qu’il est préférable de sous-traiter? À vos calculettes!

Ultimement, ce qui demeure primordial dans vos actions marketing, qu’il s’agisse de marketing traditionnel ou numérique, c’est de mesurer l’impact et les données des campagnes pour tirer les bonnes conclusions et réajuster au besoin. Tout le monde s’entend : pour un marketing efficace, il faut savoir mesurer!


Cet outil a été développé dans le cadre du Plan culturel numérique du Québec.