Qu'avons-nous retenu de cette édition virtuelle?

L’édition 2021 du Forum des innovations culturelles, présenté dans le cadre de la Semaine NumériQC, a été unique en son genre! Bien sûr, le contexte actuel a forcé la tenue d’un événement à distance, en virtuel. Malgré la distance, la présence humaine était bien au rendez-vous dans chaque conférence, atelier et période de réseautage de contenu. L’équipe de Québec Numérique a su réserver une place bien spéciale à l’échange et à la collaboration. Des rapprochements se sont créés à travers les conversations et l’inspiration était sur tous les écrans. L’ambiance décontractée a été animée par la présence d’un DJ et sur l’heure du dîner, il était aussi possible d’observer un bédéiste à l’œuvre. La journée s’est conclue sur une note ludique avec un jeu-questionnaire animé par l’humoriste Michael Larraguibel, puis une séance de réseautage libre. Mis à part le plaisir de se retrouver, même virtuellement, qu’avons-nous retenu de l’édition de cette année?


Initiatives culturelles

L’une des thématiques de la journée a été d’explorer différentes initiatives culturelles qui ont été mises en place dans la dernière année. Non seulement a-t-il été intéressant de constater les défis traversés, mais il était captivant de voir comment ils ont été surmontés avec brio.

Durant le Panel « Comment la collaboration engendre l’innovation technologique dans un laboratoire vivant en culture », il a été possible d’assister à la présentation du projet de MuséoLab réalisé par DigiHub en collaboration avec le Musée POP. Ce projet est né de la volonté de tisser des liens avec le milieu, mieux outiller l’équipe du Musée POP et réfléchir autrement l’innovation. Cette initiative, qui met la muséologie numérique au centre de ses réflexions, montre, une fois de plus, l’importance d’associer nos talents pour créer de nouvelles avenues. Leur objectif? Susciter le partage des connaissances et l’appropriation des nouvelles technologies par l’entremise d’ateliers de cocréation.

Lors de la conférence du Centre PHI, « Connectés par l’art : Construire des meilleurs espaces publics numériques », Scarlett Martinez et Myriam Achard ont partagé la façon dont leur équipe a traversé la dernière année. En se retroussant les manches, ils ont vu le contexte comme une opportunité. Ce changement agile de vision leur a permis de réussir à faire naître différents projets innovants qui côtoient la réalité augmentée. Parmi ceux-ci, on retrouve la plateforme Empreintes vivantes, l’exposition Cadavre Exquis et l’espace numérique Minute par Minute. La suspension des activités ne les a pas arrêtés puisque c’est dans cette situation que l’idée PHI VR TO GO a vu le jour. Il est désormais possible de vivre la réalité virtuelle dans le confort de chez soi.

« On se donne le droit à l’erreur ! » ― Myriam Achard, Chef partenariats nouveaux médias et relations publiques au Centre PHI

De son côté, le Panel « En direct de Québec – Récents projets culturels : ajustements et apprentissages » a mis en lumière divers projets culturels innovants ayant eu lieu dans la Capitale-Nationale. Les panélistes ont exposé la façon dont leur projet s’est frayé une place dans l’écosystème numérique en contexte de pandémie. Raymond Poirier de Parenthèse 9 présentait le plus récent projet de l’organisme : Pop Up Limoilou. Une idée qui s’insère dans la prochaine édition de Pop NumériQC, en juin prochain. En utilisant leur médium de prédilection, la bande dessinée, et en l’alliant à la réalité virtuelle, ils feront découvrir de façon immersive l’histoire du quartier au grand public. De son côté, Ariane Plante est venue parler du Studio Telus du Grand Théâtre de Québec, nouvel espace de diffusion technologique s’inscrivant dans le virage numérique de l’institution. Ce nouveau lieu à triple vocation servira principalement à l’exposition d’arts visuels numériques, mais aussi aux arts de la scène et aux arts de la table. Isa Mailloux, chargée de projet au Musée de la Civilisation, est venue partager l’expérience de son équipe lors de la migration de l’application officielle du musée, Mon MCQ, vers une nouvelle version web progressive. Une expérience réalisée dans le but d’améliorer l’expérience des utilisateurs. Cette discussion , conduite par Marie-Hélène Raymond, coordonnatrice de la stratégie numérique au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), a d’ailleurs mené vers le partage d’une réflexion quant à l’avenir des contenus.

À chaque défi, sa solution

Plusieurs défis communs ont pu être abordés au courant des différentes activités. Qui dit défis, dit aussi solutions. Devant les nombreux défis numériques et l’évolution rapide de la technologie, le partage des connaissances, la mise en relation de pratiques variées et la collaboration active. Plusieurs pistes d’innovations ont été discutées, dont les suivantes : 

  • La réalité virtuelle au service de la culture;
  • Les codes QR et ses multiples utilités;
  • Les applications web progressives;
  • La mutualisation et la segmentation des données;
  • La compréhension des algorithmes de recommandation; 
  • L’appel à l’engagement au service de la médiation culturelle;
  • La proposition d’expérience interactive sans contact;
  • La monétisation des expériences numériques;

Et bien plus encore!

Morale de l’événement : Il faut sortir des sentiers battus pour réussir à se démarquer.


« La journée du FIC sera marquée à tout jamais par tous ces intervenants qui nous ont transmis leur savoir et leur passion! C’est beau de voir que la communauté culturelle numérique était au rendez-vous. » ― Krystel Pitre, chargée de projets à la Semaine NumériQC

Cette édition virtuelle a permis de constater que l’innovation technologique apporte, malgré les défis qui l’accompagnent, plusieurs opportunités à la communauté culturelle du Québec. Les bouleversements des derniers mois en témoignent d’ailleurs : le virage numérique est plus important que jamais pour préserver la vitalité du secteur culturel.